Après sa visite polémique en Chine, Lula veut calmer le jeu au Portugal

Les Echos - 20 abr. 2023

Pour Hector Sanchez Margalef, chercheur au think tank d'analyses internationales Cidob, à Barcelone, le président brésilien aurait peu de chances, quoi qu'il en soit, d'entraîner Lisbonne dans un projet de médiation sur la question ukrainienne. « Il est évident que le gouvernement socialiste d'Antonio Costa est plus à l'aise avec Lula qu'avec Bolsonaro, note-t-il, mais cela ne remet pas en cause le cap profondément européen du Portugal et l'importance pour Lisbonne de privilégier toujours la fluidité de ses relations avec Bruxelles. » L'une des preuves les plus nettes de ce choix, souligne le chercheur est sans doute « la façon dont, après avoir hésité, le pays avait finalement décidé d'éviter d'entrer dans le projet des routes de la soie promu par Pékin, en dépit de l'importance des investissements chinois au Portugal durant les années de récession ».

>> Accès à l'information