Mondialisation, mobilités transnationales et perceptions identitaires

Fecha de publicación:
10/2000
Autor:
Alain Roussillon
Descarga

Pour autant qu’elles puissent être construites de manière univoque, les deux catégories de “mondialisation” et d’“interculturel” constituent en elles-mêmes deux saisies à la fois opposées et complémentaires des dynamiques identitaires à l’oeuvre aux quatre coins de la planète, à des degrés d’intensité variables mais avec pour enjeu récurrent l’appropriation –au double sens de “faire sien” et d’ “adapter à un usage”– ce qu’il est convenu de désigner comme la “modernité” qui, pour l’historien marocain Abdallah Laroui de façon que l’on peut s’accorder à qualifier de “minimaliste”, “ne signifie rien d’autre que [le fait que] des groupes humains veulent à travers le temps et l’espace généraliser une séquence événementielle qui s’est déroulée à un certain moment et en un certain lieu” encore à l’enseigne du “pari” ou du “défi”– une hypothèse implicite quant à la nature même du problème posé, hypothèse implicite qu’il importe de mettre à plat d’entrée de jeu si l’on entend –ce qui est la position de l’auteur de ces lignes– éviter les écueils du “culturalisme”, en l’occurrence toute posture qui, d’une manière ou d’une autre, prend les mots pour les choses mêmes et les identités ou les cultures pour des essences ou des substances se déployant dans l’Histoire.