Identité et conflit: personnalité, socialité et culturalité

Fecha de publicación:
05/1997
Autor:
Rik Pinxten
Descarga

Le concept d’identité s’utilise de notre temps comme un concept générique, constitutif de divers événements sociaux. De nombreux conflits sont regroupés sous la catégorie de conflits d’identité. L’identité est alors pensée comme la facette la plus importante de luttes violentes ou pacifiques. À titre d’exemples: le moteur principal dans le violent conflit entre hutus et tutsis au Rwanda et dans le Kivu aurait été un conflit d’identités tribales; les croates, les serbes et les bosniaques seraient entrés en guerre pour sauvegarder leurs identités; ou encore, Le Pen appelle les français à défendre leur identité nationale. Une évolution claire apparaît dans le discours politique où des termes anciens sont changés mais conservent des sens presque identiques: race est dénommée culture, culture se mue en identité. Quelquefois culture est associée à identité, ce qui engendre la notion d’identité culturelle. Ce processus est illustré par le type d’études que mène le groupe français GRECE, fournisseur d’idées du Front National. À première vue, la chose est claire: un groupe se manifeste par le fait que ses membres ont en commun des symboles, un territoire, une histoire, etc. Mais, analysée de plus près, la notion d’identité devient problématique. En fait, déjà dans les exemples cités, identité renvoit à l’idée d’essence, impliquant invariabilité, homogénéité, permanence. Mais les choses ne sont pas si simples.